Afrique: Mme Akharbach plaide pour une production nationale de qualité face au piratage audiovisuel

Yaoundé - La présidente de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA), Latifa Akharbach, a affirmé, lundi à Yaoundé, que le renforcement des capacités de production nationale de qualité est la réponse pérenne au phénomène de piratage des œuvres et des services audiovisuels.

Mme Akharbach a, lors d’une intervention au séminaire international sur "La lutte contre le piratage des contenus audiovisuels sur les supports numériques en Afrique", souligné que « la lutte contre les pratiques de piratage des chaînes de télévision et des œuvres audiovisuelles en Afrique passe forcément par le renforcement de la capacité du continent en matière de production nationale de proximité et de création de contenus médiatiques de qualité ».

« La montée en puissance des plateformes numériques et des services de Vidéo à la Demande (VOD) a bousculé le modèle économique de l'audiovisuel linéaire et multiplié les possibilités de piratage », a-t-elle poursuivi lors de cette rencontre organisée dans la capitale camerounaise (25-26 novembre) par le Réseau des Instances africaines de Régulation de la Communication (RIARC)

Mme Akharbach, qui conduisait une délégation composée du directeur des Etudes juridiques, El Mahdi Aroussi Idrissi, et du manager des Affaires africaines à la HACA, Talal Salahdine, a notamment fait remarquer que « la fausse gratuité du Net (puisque l’usager a, en fait, accès aux services et contenus sur internet en échange de ses données personnelles) a créé de nouvelles pulsions et tentations de piratage ».

« Face à l’ampleur et aux conséquences du phénomène du piratage des services et œuvres audiovisuels, la réponse ne pouvait être seulement de l’ordre technique- par le blocage des sites par exemple-. Le défi ne sera relevé que par la mise en place d’une véritable stratégie axée sur la promotion de la culture de la propriété intellectuelle et le développement de l’offre nationale », a ajouté la présidente de l’instance de régulation marocaine et vice-présidente du RIARC.

Faisant partie de la feuille de route 2019-2020 du Réseau des Instances africaines, ce séminaire international, organisé également par le Conseil national de la Communication (CNC) du Cameroun au titre de sa présidence de la plateforme panafricaine, a réuni plusieurs régulateurs, experts, opérateurs audiovisuels et spécialistes de la lutte contre le piratage venus de plusieurs pays africains mais aussi européens.

Publié par Mafrique.ma