Maroc: L’avenir de l’Afrique dépend de l’émergence de nouvelles élites (Rencontre de Dakhla)

(Par Yosra Bougarba/ES de la MAP)

Dakhla - L’avenir de l’Afrique dépend de l’émergence de nouvelles élites capables de relever les défis du développement, ont souligné les participants à la 6ème Rencontre internationale de l’Université ouverte de Dakhla, dont les travaux ont pris fin vendredi.

Les pays africains sont aujourd’hui appelés à renforcer et qualifier leur capital humain en vue d’assurer un rôle plus important dans la réalisation d’une nouvelle génération de réformes et contribuer à la construction d’un nouvel avenir pour l’Afrique, ont indiqué les participants.

Dans ce même sillage, le président de l’Association d’Etudes et de Recherches pour le Développement et président de l’Université ouverte de Dakhla, Driss Guerraoui, a souligné dans une déclaration à la MAP, que l’Afrique doit renforcer et valoriser son capital humain, institutionnel et social afin de relever les défis futurs.

L’Afrique de demain a besoin d’un nouveau rêve africain fondé sur un nouvel espoir africain, ce qui nécessite l’émergence de nouvelles élites politiques, scientifiques, économiques, administratives et culturelles à la hauteur de cette ambition, a-t-il ajouté.

Les élites en Afrique sont appelées à chercher le modèle démocratique adéquat au continent en prêtant une importance particulière à la résolution des « défis sociaux », notamment au niveau de l’éducation, de la santé et de la protection sociale, a poursuivi M. Guerraoui, estimant que la résolution des différentes problématiques, notamment celles liées à l’emploi et à la production de la richesse, dépend fortement de la capacité à mettre en place un nouveau modèle de développement adapté aux nouveaux défis.

Organisée sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’initiatives visant à débattre de diverses questions liées au développement en Afrique et aux enjeux qui en résultent à travers une approche académique, politique et scientifique.

Cette rencontre qui se veut une plate-forme de discussion sur tous les problèmes et défis auxquels le continent africain est confronté, connait la présence de plusieurs institutions régionales et internationales et d’universitaires et chercheurs spécialisés dans les questions de développement de l’Afrique.

Publié par Mafrique.ma