Entrepreneuriat: Pour faciliter aux jeunes l’accès aux fonds de démarrage

L’ONU recommande « la suppression des obstacles aux fonds de démarrage pour les jeunes » qui constituent « une lacune courante dans de nombreux pays, où les systèmes réglementaires les empêchent souvent d'accéder aux produits et services financiers dont ils ont besoin pour créer une entreprise ».

« Les jeunes entrepreneurs qui veulent que leur travail ait un impact positif sur leurs communautés ont besoin de toute urgence d'une aide accrue des gouvernements s'ils veulent réussir et résister à la crise économique alimentée par la Covid-19 », ont souligné des économistes des Nations Unies, selon le site de l’Organisation.

Alors que les perspectives d'emploi dans le monde se détériorent en raison de la pandémie, le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA) affirme, dans un nouveau rapport, que le fait de débloquer des opportunités commerciales pour les jeunes adultes « pourrait faire baisser le chômage et apporter des avantages sociaux ».

Selon ce rapport, cité, jeudi 2 juillet, par « ONU-Info », les entreprises à vocation sociale ont profité à 871 millions de personnes dans seulement neuf pays d'Europe et d'Asie centrale en 2016, fournissant des services et des produits d'une valeur d'environ 6,7 milliards de dollars et créant des emplois, en particulier parmi les groupes marginalisés.

Le DESA fait, en outre, état de manque d'accès à la formation, au soutien technique, aux réseaux et aux marchés qui se conjugue pour décourager la croissance de ces entreprises sociales.

Le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU définit, par ailleurs, l'entrepreneuriat social comme « des entreprises qui génèrent des profits tout en cherchant à générer des impacts sociaux ».

-Le chômage des jeunes frape dure !

Selon le rapport 2020 sur la jeunesse mondiale, le chômage des 1,2 milliard de jeunes, âgés de 15 à 24 ans, est bien plus élevé que celui des adultes.

Le rapport relève que la crise de la Covid-19 a détérioré leurs perspectives d'emploi, générant près de 25 millions de nouveaux chômeurs dans le monde.

Avant même l'apparition du nouveau coronavirus en Chine fin décembre, avant qu'il ne se transforme en pandémie, les experts du travail estimaient que 600 millions d'emplois seraient nécessaires au cours des 15 prochaines années pour répondre aux besoins des jeunes en matière d'emploi, rappelle le rapport.

Soulignant les multiples avantages qui pourraient découler d'une action accrue des gouvernements en faveur de leurs jeunes, le Département des Nations Unies explique que de nouvelles mesures pourraient également contribuer à faire progresser les Objectifs de Développement Durable (ODD), 17 objectifs visant à lutter contre tous les maux, de la pauvreté aux inégalités.

Publié par Mafrique.ma