Palestine: la politique israélienne sape la solution de deux Etats et le processus de paix

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont exprimé, mardi à Amman, le rejet par les pays arabes de l’annexion d’une partie des territoires palestiniens occupés, et soulignent que cette annexion constitue une violation du droit international et va saper la base du processus de paix, en l’occurrence, la solution de deux Etats.

A l’issue d’une réunion par visioconférence, marquée par la participation des ministres des Affaires étrangères du Maroc, de la Jordanie, des Emirats arabes unis, de l’Arabie saoudite, de l’Egypte, de la Palestine, de la Tunisie, du Sultanat d’Oman et du Koweït, outre le Secrétaire général de la Ligue arabe, les chefs de la diplomatie arabe ont réitéré leur soutien aux Palestiniens en vue de concrétiser leurs droits légitimes ; en premier lieu la liberté et l’établissement d’un Etat indépendant avec Al Qods-Est comme capitale.

Les ministres arabes ont, dans un communiqué rendu public, mis également l’accent sur la nécessité de la reprise de négociations sérieuses et actives pour parvenir à une solution à ce conflit sur la base de deux Etats, conformément aux résolutions internationales, faisant part de leur disposition à déployer tous les efforts possibles pour soutenir ces négociations dans le cadre du quartet international pour parvenir à un accord de paix global garantissant tous les droits du peuple palestinien ainsi que la sécurité d’Israël.

A cet égard, ils ont appelé à demeurer attachés à l’initiative de paix arabe adoptée lors du Sommet de Beyrouth de 2002, notant que cette initiative propose des solutions exhaustives pour parvenir à une paix globale et durable.

Et de rappeler que cette initiative a réaffirmé la disposition de l’ensemble des pays arabes à considérer le conflit arabo-israélien comme clos, conclure un accord de paix avec Israël garantissant la sécurité de tous les pays de la région, normaliser les relations avec l’Etat hébreu, à condition qu’Israël se retire de l’ensemble des terres arabes annexées depuis 1967 et accepte l’établissement d’un Etat de Palestine indépendant exerçant sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire occupé avec Al Qods-Est comme capitale.

Le communiqué a mis aussi en garde contre l’application du plan d’annexion israélien, relevant que cette démarche est de nature à attiser les tensions dans la région et à favoriser l’extrémisme.

Et de souligner l’importance de poursuivre l’action avec les pays amis et frères pour exprimer le refus de la communauté internationale de ce plan d’annexion et de relancer un véritable processus de paix à même d’aboutir à une paix juste et globale qui constitue une nécessité régionale et internationale et un choix stratégique arabe.

Publié par Mafrique.ma