Le Liban exprime ses remerciements au Maroc pour ses efforts visant à aider le peuple libyen à surmonter sa crise

Beyrouth - Le ministre des Affaires étrangères et des Expatriés du gouvernement intérimaire du Liban, Charbel Wehbé, a exprimé lundi ses « remerciements au Royaume du Maroc pour ses efforts visant à aider le peuple libyen à surmonter sa crise actuelle ».

Lors de sa rencontre avec l’Ambassadeur du Maroc au Liban, M’hamed Grin, le responsable libanais a exprimé l’espoir que ces efforts contribueraient à permettre au peuple libyen de surmonter ses divergences et d’assurer la sécurité et la stabilité dans le pays.

De son côté, le diplomate marocain a informé le ministre Wahbé du deuxième round du dialogue inter-libyen qui a réuni, du 2 au 6 octobre à Bouznika, les délégations du Haut Conseil d’État et de la Chambre des Représentants, ajoutant que ces pourparlers ont été sanctionnés par des accords globaux sur les critères et les mécanismes pour occuper les postes de souveraineté, prévus par l’article 15 de l’Accord politique libyen de Skhirat.

M. Grin a souligné, à ce propos, que plusieurs pays et diverses organisations internationales ont loué l’initiative du dialogue en faveur de la paix et de la stabilité en Libye portée par le Royaume du Maroc.

Cette réunion a également été l’occasion pour les deux parties de discuter des relations bilatérales, de l’évolution de la situation aux niveaux régional et international et de l’action arabe commune.

A rappeler que le deuxième round du dialogue inter-libyen, tenu à Bouznika sous les auspices de l’ONU, a réuni les délégations du Haut Conseil d’Etat et de la Chambre des Représentants libyens.

Dans la déclaration finale ayant sanctionné ce deuxième round, les deux délégations ont annoncé des « accords décisifs et globaux sur les critères et les mécanismes pour occuper les postes de souveraineté », prévus par l’article 15 de l’Accord politique libyen de Skhirat.

Les deux parties libyennes ont précisé que « les résultats du dialogue entre les deux délégations constituent un apport sur lequel il est possible de capitaliser, pour instaurer la stabilité dans le pays et mettre fin à la division institutionnelle ».

Les deux délégations avaient ainsi fait part de leur « détermination à poursuivre leurs rencontres consultatives au Royaume du Maroc, afin de coordonner l’action des institutions politiques, exécutives et de contrôle, garantissant ainsi la fin de la période de transition ».

Publié par Mafrique.ma