Mouhcine Ayouche et Patricia Lambert en questionnements dans «Soufisme et Coaching»

Par: Mostafa NAZIH/

Voilà un ouvrage qui marque un autre regard sur le coaching contemporain en relation avec le soufisme ancestral. L’ouvrage « Soufisme et Coaching », édité en ce janvier 2018 à Casablanca par « Tarik Editions », est le fruit d’une rencontre entre Mouhcine Ayouche, coach marocain, et Patricia Lambert, coach belge.

A travers les 285 pages de cet ouvrage, ressort d’abord un questionnement axial sur ce qu’il y a de commun entre le soufisme ancestral  et le coaching contemporain avant que surgissent, ensuite, un foisonnement de questions de Mouhcine Ayouche et de Patricia Lambert ayant trouvé en face, pour en débattre, deux spécialistes d’horizons différents; il s'agit là de Faouzi Skali et de Christian Lestienne.

A de pertinentes questions, aurait-on dit, il y a de pertinentes réflexions.

Et pour cause. Elles émanent, d’une part, de Mouhcine Ayouche, coach professionnel certifié, conférencier dans des manifestations nationales et internationales, critique d’art, scénariste et conteur, et de Patricia Lambert, master coach professionnel, certifiée à l’international et auteur du roman « Al Nur, L’autre regard », paru en 2007. Et, d’autre part, de Faouzi Skali, docteur en anthropologie, ethnologie et sciences des religions, soufi animé par l’entrepreneuriat culturel dont le rayonnement est à l’international, et de Christian Lestienne, psychologue clinicien et coach occidental féru de culture philosophique et de coaching existentiel.

Que signifie « être soufi » aujourd’hui ?, que signifie « être coach » ?, quelle définition donner au soufisme et coaching ?, quelles sont les limites du coaching ?, quelle est sa légitimité aujourd’hui ?, quel est le rôle des sagesses et spiritualités face à la complexité des relations interpersonnelles ?, comment une voie spirituelle peut-elle inspirer une forme de coaching ?, comment soufisme et coaching abordent-ils l’ego ?, autant de questions, ou plutôt une partie des questions, dont regorge l’ouvrage Soufisme et Coaching, échanges entre Faouzi Skali et Christian Lestienne, et dont l’approche en amont comme en aval constitue un apport indéniable à la recherche.

Ayouche et Lambert ont réussi, à juste titre, l’adéquation des traitements de la thématique en un véritable échange entre les chercheurs Skali et Lestienne autour de ces questions, ce qui leur a permis également d’y contribuer par les transcriptions, adaptations et réflexions de contributions étalées sur nombre d’années.

Le travail de longue haleine de ce quatuor à multi-facettes culturelles a produit, au bout du compte, une réflexion globale sur cette thématique autour du coaching, qui se recherche encore, et du soufisme, un vaste domaine spirituel séculaire.

En somme, la spécificité de cet ouvrage est la rencontre entre quatre écrivains au travers de regards croisés, d’autant que le traitement du thème « soufisme et coaching » est notamment enrichi par les parcours et univers différents des deux chercheurs, Skali et Lestienne. Univers tendant, tout de même, à la convergence humaniste malgré les spécificités culturelles d’antan, qui s’effacent davantage par l’uniformisation du monde contemporain.

Du coup, dès la première question (à la page 15) des deux auteurs sur la signification d’« être soufi aujourd’hui ? », Faouzi Skali réplique que c’« est une façon d’être présent dans le monde tout en étant dans une dimension d’intériorité ». Mais il s’interroge, en même temps, sur le « comment être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur ? », donnant ainsi un avant-goût des réflexions qui s’en suivent.

Publié par Mafrique.ma