Burkina Faso-Médias: Appel «à ne pas porter atteinte au crédit des médias publics»

Ouagadougou - « Ne pas porter atteinte au crédit des médias publics », au moment où ces organes connaissent des perturbations de programmes, en raison d’une crise larvée, est l’appel lancé jeudi par le ministre burkinabé de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou.

« Les questions de plateformes (revendicatives) sont très importantes. Mais il faut trouver le juste milieu pour ne pas porter atteinte au crédit des médias (publics) », a déclaré le ministre, cité par l’Agence d’Information du Burkina (AIB), relayée par le site de la FAAPA (Fédération atlantique des Agences de Presse africaines).

Depuis le 19 août dernier, les journalistes des médias publics travaillent selon les horaires de la Fonction publique, ce qui perturbe les programmes qui doivent être diffusés en direct après 16h ou pendant les week-ends.

Ce changement intervient après des négociations non encore abouties entre le Syndicat autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) et le gouvernement, à propos d’un changement de statut des médias publics réclamé par la partie syndicale, indique la même source.

« Je les appelle à savoir raison gardée parce que la lutte est importante. Mais les préservations des acquis sont (aussi) importantes », a ajouté M. Dandjinou.

Le ministre s’exprimait à l’occasion du Conseil d’administration du secteur  ministériel (CASEM) qui réunit plusieurs cadres du département de la communication.

M. Dandjinou a également souligné que les négociations entre les différents acteurs syndicaux et le gouvernement doivent se poursuivre pour trouver « une solution à une crise qui n’a que trop durée ».

Pour lui, cette crise porte préjudice à l’image des medias, mais également en termes de services rendus au public burkinabè en matière d’accès à l’information.

Publié par Mafrique.ma