Contre le 5è mandat de Bouteflika: Encore des manifestations massives en Algérie

Alger - Pour le 3ème vendredi consécutif, les Algériens manifestent contre le 5ème mandat du Président sortant Abdelaziz Bouteflika dans nombre de villes du pays.

Les manifestations de ce vendredi ont coïncidé avec la célébration du 8 mars, Journée internationale des Femmes, et un grand nombre d'entre elles figuraient parmi les manifestants de tous âges qui défilaient dans le calme, aux cris de « Pouvoir, assassin », « Pas de 5ème mandat, eh Bouteflika! » ou encore « Femmes contre le 5è », selon l’AFP.

A Alger, une marée humaine a défilé dans le centre-ville où les places et principales rues étaient noires de monde et le cortège peinait à avancer en raison de la foule.

A Oran et Constantine, respectivement deuxième et troisième villes d’Algérie, à Annaba, quatrième ville du pays, et à Béjaïa, dans la région de Kabylie, la mobilisation était qualifiée d'« impressionnante », rapporte l'agence, citant des journalistes de médias algériens sur place.

Des sources sécuritaires ont signalé aussi des marches « massives » à Tizi-Ouzou, autre ville de Kabylie, à Tiaret et Mascara (nord-ouest). D'autres manifestations ont été également enregistrées à Ghardaïa (centre), à M'sila (nord), à Sidi bel Abbes et Tlemcen (nord-ouest).

Des manifestations de grande ampleur ont été aussi signalées dans de nombreuses villes à travers le pays, selon des sources sécuritaires, des médias algériens et les réseaux sociaux.

Ainsi, les femmes algériennes joignent leur voix et leur force au mouvement, en ce vendredi 8 mars, écrit notamment le site « observalgerie.com »

Après avoir lancé un appel à manifestation, le 25 février, rappelle le site, et l’avoir réitéré hier 7 mars, les Algériennes investissent aujourd’hui les rues du pays et marchent sur ses principales agglomérations pour revendiquer leurs droits et soutenir toutes les autres franges de la société.

Selon les premières informations, 112 membres des forces de l'ordre ont été blessés et 195 personnes arrêtées lors de ces manifestations, rapporte, de son côté, le site « tsa-algerie.com », se référant à la Direction générale de la sûreté nationale du pays.

Publié par Mafrique.ma