Point de vue

Maroc-Afrique du Sud : Une poignée de main qui aura des lendemains

Par : El Mostafa NAZIH

La sagesse et la clairvoyance auront eu finalement raison de la barrière psychologique et de l’état des relations entre le Maroc et l’Afrique du Sud qui n’avait que trop duré, affectant la coopération économique et la coordination politique aussi bien sur le plan bilatéral que continental.

En effet, la coopération économique bilatérale et la coordination d’actions politiques au profit du continent dans différentes instances prenaient un sérieux coup du fait que les deux pays constituent incontestablement deux pôles économiques de taille en Afrique devant jouer pleinement leur rôle politique pour contribuer à l’émergence d’un continent plus stable et plus sécurisé à l’ère de la montée du terrorisme et des défis sécuritaires évoluant à un rythme effréné.

– C’était à Abidjan

Les observateurs ne s’attendaient pas, semble-t-il, à ce que la diplomatie royale, très active, c’est sûr, dans le continent atteigne si rapidement l’Afrique du Sud moins d’un an après le retour du Maroc à l’Union africaine.

Ce jour-là du 29 novembre 2017, le Roi Mohammed VI a reçu, à Abidjan, le président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, en marge de la participation du Souverain marocain aux travaux du 5ème Sommet Union Africaine-Union Européenne.

Jusqu’alors, Pretoria faisait montre, il faut bien le dire, d’hostilité à l’égard du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc, faisant table rase du passé commun, marqué notamment par le soutien des Rois du Maroc à la lutte du peuple sud-africain, et des peuples du continent en général, contre le colonialisme et la ségrégation raciale.

Combien était précieux ce soutien pour le leader sud-africain Nelson Mandela qui a toujours reconnu cette vérité historique et qui s’attachait aux bonnes relations avec le Maroc. Il avait d’excellentes relations avec notamment le leader nationaliste, Feu Abdelkrim El Khatib. D’ailleurs, il avait tenu à visiter Rabat, à sa sortie de prison (1990), où il a été reçu par Feu SM. Hassan II.

Le rapprochement vient d’avoir lieu. C’est une page tournée à présent, les deux pays ayant décidé d’aller de l’avant, pour un avenir constructif.

Le Roi Mohammed VI et le Président Zuma ont, lors de cet entretien, justement « convenu de  travailler ensemble, main dans la main », selon une dépêche de l’Agence MAP.

« Ils ont aussi convenu de maintenir un contact direct et de se lancer dans un partenariat économique et politique fécond afin de construire des relations fortes, pérennes et stables et dépasser ainsi l’état qui caractérisait les relations bilatérales durant des décennies. »

A ce propos, Mohammed VI et Jacob Zuma « ont décidé que le cadre de la représentation diplomatique sera relevé par la désignation d’ambassadeurs de haut niveau à Rabat comme à Pretoria. »

– Une rencontre qui fera date

Sur la question de l’intégrité territoriale du Royaume et au vu du nombre de pays qui ont abandonné leur soutien à la thèse séparatiste en retirant la reconnaissance à la pseudo-RASD, il n’est pas exclu qu’on se penche, en Afrique du Sud, sur cette question pour comprendre les dessous d’un conflit artificiel autour du sahara marocain afin d’aller sur les traces de prédécesseurs, hostiles jadis au Maroc, aussi bien en Afrique qu’en Amérique latine où la machine propagandiste anti-marocaine tournait à fond, à un moment donné, à coup de dollars du pétrole.

L’entretien entre les deux chefs d’Etat a été qualifié de « chaleureux et empreint de franchise » et qu’il s’est déroulé « dans une ambiance de bonne entente », ce qui laisse présager « un avenir prometteur ».

Le Président sud-africain est, d’ailleurs, apparu ravi, après cette rencontre, ont relevé des journalistes.

Après tout, le pragmatisme s’impose à un moment ou à un autre au niveau des relations internationales, à moins que l’on soit frappé de myopie politique.

Que l’accueil ait eu lieu en marge du Sommet Afrique-Europe en Côte d’Ivoire, terre symbole -aux yeux des Marocains au moins- de l’amitié, de la fraternité et de la solidarité, est en soi de bonne augure, outre cette poignée de main échangée entre le Roi du Maroc et le Président de l’Afrique du Sud qui fera certainement date.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page