Point de vue

Impressionnante solidarité africaine à Moscou: Épaulé, le Maroc ne désarme pas

Par : El Mostafa NAZIH

Parmi les mérites du résultat du dernier vote pour l’attribution de l’organisation de la Coupe du monde-2026 de football, on ne peut pas ne pas relever la confirmation d’une solidarité africaine éclatante avec le Maroc.

Ce mercredi 13 juin 2018 à Moscou restera dans les annales du sport en Afrique puisque 41 pays se sont rangés du côté du Maroc. C’est dire qu’autour de la candidature africaine, le continent était solidaire et presque cimenté.

Ces 41 pays qui ont hissé l’étendard de la solidarité africaine sont l’Algérie, l’Angola, le Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République Centrafrique, les Comores, Congo, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Libye, Madagascar, Malawi, Mali, Maurice, Mauritanie, Niger, Nigéria, Ouganda, Rwanda, Sao Tome-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Somalie, Soudan,  Soudan du Sud, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Togo, Tunisie et Zambie.

Il serait peut-être injuste de ne pas rappeler que « Maroc-2026 » a perdu une voix africaine, celle en l’occurrence du Ghana –soutien de la candidature marocaine- dont la Fédération de Football (GFA) a été dissoute par le gouvernement, et suspendue du vote par la FIFA.

Inutile de dire que cet élan de solidarité entre le Royaume du Maroc et les autres pays africains est naturel et s’inscrit, aussi bien sur le plan sportif que socio-économique, dans le cadre des conventions et accords de coopération signés, et dont la mise en œuvre est suivie à Rabat comme dans les autres capitales africaines. Dans le domaine des sports, l’échange devient de plus en plus intense pour atteindre le summum à l’instar de ceux de l’enseignement et de la formation professionnelle.   

Par ailleurs, il est important de souligner que, face au trio Etats-Unis-Canada-Mexique, le Maroc a obtenu, lors de ce vote du 13 juin à Moscou, 65 voix à lui tout seul, alors que « United-2026 » (qu’on félicite au passage) en a obtenu 134 avec ces trois grand pays, ce qui montre le soutien de taille dont a bénéficié le Royaume, qui confirme que la candidature marocaine –et africaine- était porteuse d’espoir.

Et c’est cette note d’espoir qui stimule le Maroc et l’incite à présenter encore une fois sa candidature pour l’organisation de l’édition suivante de la Coupe du Monde, celle de 2030, parce qu’au Maroc, justement, « on ne désarme pas ». Que le vœu de l’Afrique, qui n’a eu qu’une seule fois l’opportunité d’organiser cette Coupe dans l’histoire de la FIFA, soit exaucé!

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page