Kiosque

Le Consulat des Émirats à Laâyoune: Une première historique

Dans un dossier consacré au Sahara marocain, la publication note qu’en prévision de cet événement historique, la ville de Laâyoune s’est parée des couleurs nationales, marocaines et émiraties, pour fêter « une relation séculaire, ancrée dans l’histoire et qui ne cesse de se développer et de se consolider, à la faveur d’une fraternité indéfectible et une coopération mutuellement fructueuse ».

Bamako – « Dans une première historique », l’Etat des Emirats arabes unis a inauguré, le 4 novembre, son Consulat général à Laâyoune, le premier d’un pays arabe (non africain) dans les provinces du Sud du Royaume, écrit vendredi l’hebdomadaire malien +Aujourd’hui Mali+.

Cet évènement diplomatique, qui intervient à la veille de la célébration par le Maroc de sa glorieuse Marche verte, avait été annoncé lors d’un entretien téléphonique entre SM le Roi Mohammed VI et Cheikh Mohammed Bin Zayed Al-Nahyane, prince héritier d’Abou Dhabi, commandant suprême adjoint des forces armées de l’Etat des Emirats Arabes Unis, rappelle l’auteur de l’article, soulignant que cette décision a été « largement saluée et commentée au Maroc comme à l’international ».

L’ouverture d’un Consulat émirati à Laâyoune incitera d’autres pays arabes à faire de même, écrit la publication malienne, citant le politologue Mustapha Sehimi qui met en évidence l’importance de cet acte diplomatique qui survient au moment même où le Conseil de sécurité de l’ONU devait se prononcer sur le prolongement du mandat de la Minurso.

Sur le même registre, +Aujourd’hui Mali+ aborde, entre autres sujets, le soutien du Liberia à la légalité internationale et aux droits légitimes du Maroc sur son Sahara, faisant état d’entretiens à Rabat entre le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et son homologue libérien, Dee-Maxwell Saah Kemayah.

Dans le volet coopération Maroc-Mali, la publication fait l’écho d’une audience accordée, récemment à Bamako, par le président de la Transition, Bah N’Daw, à l’ambassadeur du Royaume, Hassan Naciri.

« Il s’agissait de réaffirmer le soutien et l’accompagnement du Roi Mohammed VI aux Autorités de la Transition », écrit l’hebdomadaire, rappelant que cette rencontre intervient après la visite au Mali de M. Bourita, le 29 septembre dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page