Economie

Maroc-Nigeria: La nouvelle plateforme d’engrais, l’illustration d’un partenariat «merveilleusement équilibré»

Propos recueillis par Karim AOUIFIA (MAP)

Rabat – La nouvelle plateforme d’engrais, qui sera mise en service dans les mois à venir au Nigeria dans le cadre d’un partenariat entre ce pays d’Afrique de l’Ouest et le Maroc, se veut l’illustration d’un partenariat commercial « merveilleusement équilibré », a affirmé M. Uche Orji, Directeur exécutif du Nigeria Sovereign Investment Authority (NSIA).

Ce projet d’envergure d’une valeur de 1,3 milliard de dollars a été annoncé jeudi dernier par le Président nigérian, M. Muhammadu Buhari lors d’une rencontre à Abuja avec l’Association des producteurs et fournisseurs d’engrais du Nigeria (FEPSAN).

« Il s’agit-là d’une coopération commerciale merveilleusement équilibrée » et d’un partenariat mutuellement bénéfique entre les deux pays, a déclaré à la MAP le Directeur exécutif du NSIA, expliquant que le Nigeria et le Maroc disposent de deux composantes essentielles à la production de l’ammoniac en l’occurrence le gaz naturel et le phosphate.

La nouvelle structure en cours de construction est importante d’autant que le Nigeria est l’un des plus grands consommateurs de l’ammoniac dans le monde, a relevé M. Orji.

Cette plateforme, qui s’inscrit dans le cadre d’un accord signé entre les deux pays, vise à produire de l’ammoniac, de l’acide phosphorique, de l’acide sulfurique, les engrais NPK (zote, phosphore et potassium) et les engrais au phosphate de diammonium (DAP), en utilisant les réserves de gaz du Nigeria.

« SM le Roi Mohammed VI, et moi-même sommes convenus de prolonger l’accord actuel d’approvisionnement en phosphates conclu entre le Royaume du Maroc et le Nigeria. Nous sommes convaincus que pour consolider et conforter les réussites enregistrées jusqu’à présent, nous devons garantir la fourniture de matières premières à nos mélangeurs », avait souligné le Président nigérian.

Se disant « heureux » de cette coopération qui prend forme et qui se développe, le Directeur exécutif du Nigeria Sovereign Investment Authority a par ailleurs fait observer que grâce à cette plateforme et aux autres unités déjà fonctionnelles, la dynamique de développement sera renforcée aussi bien sur le plan local que régional.

A ce propos, le Président Buhari avait indiqué, lors de la réunion avec l’Association des producteurs et fournisseurs d’engrais du Nigeria, que la nouvelle usine, une fois achevée, s’ajoutera aux installations existantes de Dangote et d’Indorama Chemicals qui produisent de l’urée, de l’ammoniac et d’autres matières premières industrielles.

« Lorsque ces projets seront associés aux 44 usines de mélange existantes, le Nigeria deviendra, en effet, un hub régional et mondial en matière d’engrais », s’était-il réjoui.

Pour M. Orji, ce symbole du partenariat intra-africain et de la coopération Sud-Sud prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président nigérian peut bien servir d’autres pays, en particulier en Afrique.

« Nous pouvons développer ce genre de produits afin de renforcer la croissance de nos économies » et promouvoir leur exportation, a-t-il indiqué, plaidant en faveur d’une coopération raffermie entre les pays du continent dans la perspective d’aider l’économie africaine à gagner en croissance et en compétitivité.

Ce nouveau jalon dans la dynamique de coopération maroco-nigérianne et d’intégration économique vient s’ajouter au grand projet de réalisation d’un Gazoduc régional dont la cérémonie de lancement a eu lieu en 2016 à Abuja sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du Président Buhari.

Ce projet majeur devant relier les ressources gazières du Nigeria, celles de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et le Maroc est destiné à favoriser l’intégration économique régionale.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page