Ici & Ailleurs

Rwanda : Paul Kagame, « Le rapport Duclert sur le génocide Tutsi de 1994 est un grand pas en avant »

Le président Rwandais, longtemps en froid avec les autorités françaises, participe au sommet sur la dette africaine, le 18 mai à Paris. Lors d’une interview à France 24 et RFI (1), et une rencontre avec plusieurs militaires français ayant été engagés au Rwanda entre 1990 et 1994 (2) et qui avaient dénoncé les « dérives » de la politique française au Rwanda, il est revenu, conciliant et apaisant, sur le rapport Duclert (3) et les « responsabilités lourdes et accablantes » de la France dans le génocide contre les Tutsi.

Par Nour-Eddine NAZIH (Paris)

  • « Je pense que c’est un grand pas en avant que nous saluions […] Il y a le rapport Duclert qui est sorti, ainsi qu’une autre commission de notre côté, la commission Muse qui a livré son rapport. Il y a donc une convergence sur les faits, les preuves de ce qui s’est passé ».
  • « Je pense que la France et le Rwanda ont ainsi la possibilité dès à présent, ont une bonne base sur laquelle nouer de bonnes relations comme cela aurait dû être le cas. Et ensuite, pour ce qui est du reste, nous pouvons laisser cela derrière nous, ne pas l’oublier, mais pardonner et aller de l’avant de la meilleure façon ».
  • « Je suis d’accord avec beaucoup de choses établies par les deux rapports. Un travail supplémentaire peut être réalisé, mais la chose la plus importante a été traitée. Lorsque vous parlez de la « responsabilité accablante », ça, c’est un terme très connoté, très chargé.  Ce n’est pas à moi de dire : « c’est ce qu’ils auraient dû dire » ou « les choses sont ainsi ».  Mais je peux m’en accommoder et dire : prenons acte de ce qui a été établi, c’est-à-dire cette « responsabilité accablante ».
  • « Pour moi, j’ai le droit d’avoir ma propre opinion. J’ai vécu cette situation. J’en faisais partie. Donc, j’ai dit ce que j’avais à dire (« La France n’était pas seulement complice, mais qu’elle avait participé de façon active au génocide »). Je peux même croire ce que j’avais dit à l’époque, même maintenant. Mais nous parlons de commissions indépendantes […] qui ne se soient pas prononcées dans un sens ou dans un autre, c’est leur problème et pas le mien ».
  • « Dès lors que quelqu’un reconnaît qu’il y a un problème et agit en conséquence, c’est le meilleur résultat que je saluerais […] C’est vraiment à la France de décider ce qu’il lui convient le mieux. La pire des choses, et je ne souhaiterais pas faire cela, c’est de demander à quiconque de présenter des excuses ou de faire ceci ou cela. Je m’en remets à eux de s’exprimer, que cela ressorte de façon honnête et franche. C’est au monde de juger, pas à moi ».
  • « Vous savez, M. le président, ça n’est vraiment pas une rencontre habituelle ! », a lancé à M. Kagame l’historien Duclert, se réjouissant qu’il soit « maintenant possible d’entendre une histoire commune » entre la France et le Rwanda et de « restaurer le passé d’une manière pacifique ».
  • Le général Varret (responsable de la Mission militaire de coopération de 1990 à 1993) a lu un texte. Il y raconte avoir rapidement découvert au début de son affectation au Rwanda un « risque de massacres ». « La mort annoncée de milliers de Rwandais m’effraie, je fais tout pour persuader l’entourage du président Mitterrand que notre politique au Rwanda n’est pas bonne ». Mais il s’aperçoit qu’on « lui retire ses prérogatives ». « C’est la première fois de ma carrière qu’on ne me fait pas confiance… donc en 1993 je décide de me taire et je démissionne » (4). « Actuellement, deux rapports (Duclert et Muse) confirment que la politique française de cette époque était erronée », a-t-il souligné.
  • Dans son allocution, le colonel Galinié (Attaché de défense au Rwanda de 1988 à 1991) confie avoir « informé sans cesse les autorités françaises, l’état-major des armées (…) que le danger était lourd et permanent » jusqu’à ce qu’il quitte son poste en juillet 1991. « J’ai proposé des remèdes possibles qui à mon sens étaient susceptibles d’éviter une catastrophe humaine, qui au moment de mon départ m’a semblé absolument inéluctable… » (5)

  1. Sur France 24 et RFI le 17/05/2021.
  2. Le 19/05/2021 à 11:57:57, AFP (Agence France Presse)
  3. Notre article « La Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda…« , mafrique.ma le 26/04/2021 dans ici et Ailleurs.
  4. France Culture « Génocide au Rwanda : le général Jean Varret parle d’une « faute » et d’une « responsabilité » de la France« 
  5. Ancrage Revue : « Il a alerté sur le génocide des Tutsis et a été sanctionné : le colonel Galinié témoigne« 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page