Economie

Bank Al-Maghrib: Maintien du taux directeur à 1,5% et croissance prévue de 6,2%

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé, mercredi, de maintenir inchangé le taux directeur à 1,5% à l’issue de sa troisième réunion trimestrielle de l’année 2021.

« Le Conseil a estimé que l’orientation de la politique monétaire reste largement accommodante, assurant des conditions de financement adéquates. Il a jugé en particulier que le niveau actuel du taux directeur demeure approprié et a décidé ainsi de le maintenir inchangé à 1,5% », indique BAM dans un communiqué.

La Banque Centrale a également relevé ses prévisions de croissance pour l’économie nationale et table désormais sur un taux de 6,2% au titre de l’année 2021.

« Selon les projections actualisées de Bank Al-Maghrib, le PIB en termes réels terminerait l’année avec un rebond de 6,2%, en révision à la hausse de 0,9 point par rapport aux prévisions de juin dernier », précise le communiqué.

Cette amélioration reflète une augmentation de 18,8% de la valeur ajoutée agricole, compte tenu d’une récolte céréalière de 103,2 millions de quintaux, et une augmentation de 4,6% de celle non agricole, explique la même source.

En 2022, la croissance se consoliderait à 3%, recouvrant un repli de 3,3% de la valeur ajoutée agricole, sous l’hypothèse d’un retour à une production céréalière moyenne, et un accroissement de 3,6% de celle des activités non agricoles, relève BAM.

En outre, la Banque Centrale a relevé que la reprise devrait se poursuivre, soutenue par les progrès notables de la campagne de vaccination, la très bonne campagne agricole, le stimulus budgétaire ainsi que l’orientation accommodante de la politique monétaire.

Par ailleurs, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib, l’inflation devrait ressortir à 1,2% sur l’ensemble de l’année 2021 et s’établir à 1,6% en 2022.

« Après une relative accélération à 1,6% en moyenne au deuxième trimestre de 2021 et à 2,2% en juillet, l’inflation est revenue à 0,8% en août en lien avec la baisse des prix des produits alimentaires à prix volatils. Dans un contexte marqué par le renchérissement des produits énergétiques, le redressement de la demande intérieure et l’accentuation de l’inflation importée, elle devrait ressortir à 1,2% sur l’ensemble de cette année et s’établir à 1,6% en 2022 », précise le communiqué.

La composante sous-jacente devrait passer de 0,5% en moyenne en 2020 à 1,4% en 2021 et atteindrait 2,1% en 2022, fait savoir la même source.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page