Culture & Arts

Décès du journaliste marocain Fahd Yata

Le journaliste marocain Fahd Yata, fondateur, directeur et éditorialiste de « La Nouvelle Tribune », s’est éteint samedi à l’âge de 69 ans.

Le défunt a fait ses premières armes de journaliste au quotient Al-Bayane avant de le quitter pour de nouveaux horizons professionnels toujours dans le domaine du journalisme.

Ancien rédacteur en chef du magazine Tijaris, du mensuel Enjeux et de La Vie Économique, Fahd Yata a fondé l’hebdomadaire La Nouvelle Tribune en 1995, dont il a lancé la version numérique en 2011.

Frère jumeau de Nadir Yata, éminent journaliste décédé en 1996, et fils d’Ali Yata (1920-1997), l’ancien Secrétaire général du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), le défunt est titulaire d’un doctorat en relations internationales, d’une maîtrise de droit et d’un diplôme de sciences politiques de l’Université Paris I, Panthéon Sorbonne.

La Fédération marocaine des Editeurs de Journaux (FMEJ) a déploré la disparition du journaliste Fahd Yata, une des figures de la presse marocaine, soulignant que son décès est « une grande perte pour la profession ». Dans un communiqué, la FMEJ indique avoir appris avec une profonde tristesse la nouvelle du décès de l’un de ses fondateurs, le journaliste Fahd Yata, éditeur et directeur de « La Nouvelle Tribune » et une grande plume de la presse marocaine depuis des années.

La Fédération présente ses vives condoléances à la veuve du défunt, à son fils ainsi qu’à toute sa famille et à ses proches.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page