Kiosque

Quand le «polisario» reconnaît que la «rasd» n’est pas un Etat

Kinshasa – Suite à la déclaration, lundi à Paris, du soi-disant « ministre des territoires occupés et de la diaspora sahraouie » du «polisario», Mustapha Sidi El Bachir, qui reconnaît qu’il n’est et n’a jamais été un Etat et que la pseudo «rasd» n’est qu’une entité chimérique, et qu’il n’est lui-même qu’un « réfugié enregistré dans le département de Mahbes », le quotidien rd congolais +Forum des As+ a publié, ce mercredi, sous la plume de son directeur de publication José NAWEJ l’article que nous reproduisons ci-dessous :

Un aveu qui interpelle l’UA

« L’aveu du séparatiste Mustapha Sidi El Bachir ne change rien à la réalité historique, sociologique et juridique. A savoir la marocanité du Sahara. Le mérite – si mérite il y a – de la déclaration de ce « pseudo ministre », c’est qu’il devrait interpeller l’Union africaine dont l’ancêtre l’OUA a admis en son sein un parfait non Etat. Comment conférer le statut de pays membre à une organisation dépourvue de tous les attributs d’un Etat ? Comment peut-on sacrifier la charte de l’organisation panafricaine sur l’autel de la guerre froide ?

A l’UA de se ressaisir

L’Afrique ne saurait se payer le luxe de laisser ce conflit artificiel parasiter la nécessaire intégration du Continent. A l’instar de la quasi-totalité de la Communauté internationale, l’UA se mettrait en phase avec l’histoire, le droit international et la dynamique positive en cours en considérant le plan d’autonomie sous souveraineté marocaine comme unique base sérieuse et réaliste de règlement du différend régional autour du Sahara.

Il y va quelque part de la crédibilité même de l’Organisation panafricaine. »

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page