Economie

Dessalement de l’eau : Le Maroc dispose de grands atouts à moindre coût

Le Maroc dispose de grands atouts pour procéder au dessalement de l’eau à moindre coût, a affirmé, vendredi à Rabat, le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

Il est question actuellement, à travers la nouvelle stratégie du ministère de l’Equipement et de l’Eau, de s’atteler à cette question de dessalement de l’eau, a indiqué M. Baraka, dans une interview accordée à la MAP, mettant en avant, à cet effet, les deux façades maritimes dont jouit le Maroc.

Le ministre a également cité les acquis du Maroc dans le domaine des énergies renouvelables aussi bien solaires qu’éoliennes, qui seront à même, a-t-il noté, de garantir le dessalement de l’eau à moindre coût.

Après avoir annoncé, à cet égard, le lancement d’importantes stations dans les régions du Sud du Royaume (Laâyoune et Sidi Ifni), il a souligné que la nouvelle expérience, dans le cadre d’un partenariat public-privé dans la région de Chtouka Ait Baha, est de nature à garantir l’approvisionnement en eau potable au niveau d’Agadir et d’appuyer le secteur agricole à travers l’irrigation de plusieurs hectares de terrains agricoles.

Il sera également procédé au lancement du projet de Dakhla à travers l’exploitation de l’énergie éolienne pour le dessalement de l’eau, ce qui permettra d’assurer l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation de grandes superficies agricoles sans avoir recours à la nappe phréatique, a-t-il relevé.

Ainsi, le niveau actuel de la nappe phréatique sera maintenu et l’usage de l’eau dans le secteur agricole sera garanti, ce qui contribuera à l’amélioration des revenus des petits et moyens agriculteurs dans ces régions, a-t-il dit.

Et de souligner que l’ensemble des villes touristiques s’orientent vers ce procédé à l’instar de la ville de Casablanca qui a vu cette année le lancement de son projet en la matière.

Il sera procédé au dessalement de l’eau, dans cette ville, a-t-il précisé, à l’horizon 2026-2027, ainsi qu’à Safi (2025) et à Nador.

Dans ce cadre, le ministère ambitionne de mettre en place un total de 20 stations de dessalement de l’eau, a fait savoir M. Baraka.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page