Point de vue

Pour l’Histoire

C’est, encore une fois, par la voix de la plus haute autorité du pays que la main est tendue à l’Algérie en vue de relations normales entre les deux pays voisins, tenant compte que les liens entre le peuple marocain et le peuple algérien frères sont -et resteront- fraternels étant historiques, de luttes communes, de religion, de langue, de solidarité et familiaux.

Par : El Mostafa Nazih

Dans le Discours adressé ce 30 juillet 2022 à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône, SM le Roi Mohammed VI a relancé, à l’adresse de la présidence algérienne, l’aspiration à ce que les deux pays voisins aient des relations normales. « Nous aspirons à œuvrer avec la présidence algérienne pour que le Maroc et l’Algérie puissent travailler, main dans la main, à l’établissement de relations normales entre deux peuples frères, unis par l’Histoire, les attaches humaines et la communauté de destin », a affirmé SM le Roi.

Ce qui handicape, en fait, les relations fraternelles et humaines entre les peuples algérien et marocain c’est surtout la fermeture des frontières terrestres depuis 1994 par décision unilatérale d’Alger. « Je souligne une fois de plus que les frontières qui séparent le peuple marocain et le peuple algérien frères ne seront jamais des barrières empêchant leur interaction et leur entente », a assuré SM le Roi à propos de cette question des frontières, ô combien importante pour les familles des deux côtés.

Par le passé SM le Roi avait, notamment en 2018 et 2021, tendu la main à l’Algérie. En 2018, dans le Discours adressé à la Nation à l’occasion de la Marche verte, l’appel du Souverain pour un « dialogue direct et franc » avec l’Algérie ainsi que Sa proposition de création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation afin de dépasser les « différends conjoncturels » entravant le développement des relations bilatérales, a été qualifié d’« historique » par les médias de par le monde.

Confiance, dialogue et bon voisinage

En 2021, le Souverain avait encore une fois tendu la main au voisin algérien, dans le Discours de la Fête du Trône, appelant à « œuvrer de concert et sans conditions à l’établissement de relations bilatérales fondées sur la confiance, le dialogue et le bon voisinage ».

Au sujet des frontières, SM le Roi avait dit, dans ce Discours, que « leur fermeture heurte un droit naturel et un principe juridique authentique, consacré par les instruments internationaux, notamment le Traité de Marrakech, texte fondateur de l’Union du Maghreb Arabe qui prévoit la libre circulation des personnes, des services, des marchandises et des capitaux entre les pays constitutifs de l’espace maghrébin. Je n’ai eu de cesse, depuis 2008, de clamer haut et fort cette idée et de la réaffirmer à maintes reprises et en diverses occasions ».

Depuis lors aucun signe dans le sens du rapprochement n’avait émané du côté algérien. Au contraire, Alger a décidé -également de manière unilatérale- de rompre, durant la même année (2021), ses relations diplomatiques avec le Maroc en passant par la fermeture de l’espace aérien à tous les avions ainsi qu’à ceux immatriculés au Maroc, ce qui a contraint, en 2022 -pour l’histoire récente- la délégation sportive marocaine à transiter par d’autres pays pour accéder à Oran à l’occasion des Jeux Méditerranéens. Et à la même occasion, un groupe de journalistes sportifs marocains, devant couvrir ces Jeux, a été interdit d’entrée.

Une complémentarité encore en attente

S’ajoute à tout cela, la décision -unilatérale aussi- d’abandon du gazoduc Maghreb-Europe, en 2021, alors qu’il faisait partie de la complémentarité socio-économique bilatérale tant escomptée.

Nul doute que cette complémentarité sera d’un bénéfice énorme sur les plans économique, touristique et social au profit des deux peuples frères. Marocains et algériens aspirent à voyager dans les deux pays voisins qui disposent de beaucoup d’atouts naturels à même de les encourager à faire du tourisme à moindre coût.

La situation étant telle quelle, c’est pourtant le Maroc qui tend, à chaque fois, la main au pays voisin. L’Algérie qui souhaite, d’ailleurs, organiser un sommet arabe ne devrait-t-elle pas d’abord revoir sa politique de voisinage en faisant au moins le geste d’ouvrir les frontières avec le Maroc, à l’instar de la décision qu’elle vient de prendre avec la Tunisie, ce qui a permis aux Algériens de voyager. Raison de plus, la frontière terrestre algéro-marocaine est une frontière qu’on peut qualifier de « familiale » puisque, paradoxalement, elle déchire, jusqu’à présent, tant de familles des deux côtés. D’où l’insistance de SM Roi, dans Son Discours adressé ce 30 juillet 2022 à la Nation, soulignant en ces termes : « Notre souhait est que ces frontières se muent en passerelles permettant au Maroc et à l’Algérie d’accéder à un avenir meilleur et d’offrir un bel exemple de concorde aux autres peuples maghrébins ».

En œuvrant dans le même sens, le Souverain assure en ces termes : « Nous assurons le peuple marocain de Notre ferme volonté de trouver une issue à la situation actuelle et de favoriser le rapprochement, la communication et la compréhension entre les deux peuples ».

Les peuples marocain et algérien ayant des liens spécifiques, assimilons le sens de la main tendue ; l’Histoire enregistre.

Bouton retour en haut de la page