Economie

Le Sommet des dirigeants USA-Afrique, « une belle opportunité » pour renforcer les relations entre les deux parties

Le Sommet des dirigeants USA-Afrique, qui se tient à Washington du 13 au 15 décembre, est « une très belle opportunité pour renforcer globalement les relations entre les États-Unis et le continent africain », a indiqué mercredi la ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fattah Alaoui.

Cette rencontre est aussi une occasion pour le Maroc de mettre en avant l’excellente coopération entre le Royaume et les États-Unis sous la vision éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans plusieurs domaines, notamment dans le cadre de l’accord de libre-échange entre les deux pays qui a porté ses fruits, a ajouté la ministre dans une déclaration à la presse, en marge de ce sommet.

Il s’agit aussi pour le Royaume de souligner sa stratégie africaine fructueuse voulue et encouragée par SM le Roi, a-t-elle affirmé, soulignant que le Maroc est un grand investisseur en Afrique et constitue un hub pour les talents, pour les financements et les innovations en Afrique.

« C’est l’occasion pour nous de démontrer les réussites du Maroc et de souligner la volonté du pays de capitaliser sur ses acquis pour attirer davantage d’investisseurs au pays mais également en faveur de toute l’Afrique », a indiqué la ministre.

Elle a mis l’accent, à cet égard, sur le grand potentiel du Royaume dans plusieurs domaines, « dont l’agriculture, où le Maroc a un rôle important à jouer pour l’Afrique, notamment en ce qui a trait aux engrais dans cette période difficile ».

La ministre a aussi mis en avant les atouts du Maroc dans les secteurs de la transition énergétique, des énergies vertes, de l’industrie et de la logistique.

Le Sommet de Washington s’inscrit dans la lignée des rencontres « qui vont nous permettre de construire cette belle Afrique qui a beaucoup de talents et de potentialités », a-t-elle conclu.

Ce conclave réunit les représentants de près d’une cinquantaine de pays, de la société civile et du secteur privé du continent africain, outre des responsables de l’administration américaine et de la Commission de l’Union africaine.

Les participants à cette rencontre de trois jours discutent de plusieurs questions allant de la pandémie du Covid-19 aux changements climatiques, en passant par les répercussions de la guerre en Ukraine, la démocratie, la gouvernance, la sécurité, le commerce, les investissements et le développement des partenariats entre les pays africains et les États Unis. (Avec MAP)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité