Société

Le nombre de personnes touchées par la faim dans le monde reste élevé

À l’échelle mondiale, plus de 122 millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim par rapport à 2019, en raison de la pandémie, des chocs météorologiques à répétition et des conflits, notamment de la guerre en Ukraine, indique un nouveau rapport publié dernièrement par cinq agences des Nations Unies et cité par ONU-Info.

D’après la dernière édition du rapport sur L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, si la tendance perdure, l’objectif de développement durable (ODD) qui consiste à éradiquer la faim d’ici à 2030 ne sera pas atteint.

Le rapport est publié conjointement par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Fonds international de développement agricole (FIDA), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM). L’édition 2023 du rapport révèle qu’entre 691 millions et 783 millions de personnes ont souffert de la faim en 2022. Si l’on considère la moyenne, qui s’établit à 735 millions, cela représente une augmentation de 122 millions par rapport à 2019, avant la pandémie du Covid-19.

Bien que les chiffres relatifs à la faim dans le monde soient demeurés stables entre 2021 et 2022, la population subit une crise alimentaire qui s’aggrave à de nombreux endroits. La faim a régressé en Asie et en Amérique latine, mais a continué à gagner du terrain en Asie de l’Ouest, dans les Caraïbes et dans toutes les sous-régions d’Afrique en 2022. L’Afrique est encore la région la plus touchée : 1 personne sur 5 souffre de la faim sur ce continent, soit plus du double de la moyenne mondiale.

« Il y a une lueur d’espoir, certaines régions sont en bonne voie pour atteindre une partie des cibles nutritionnelles à l’horizon 2030. Mais globalement, nous devons mener une action mondiale intense et immédiate pour que les objectifs de développement durable puissent être réalisés. Nous devons renforcer la résilience face aux crises et aux chocs qui favorisent l’insécurité alimentaire – des conflits au climat », a expliqué le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un message vidéo diffusé à l’occasion de la présentation du rapport au siège de l’ONU, à New York. « La cible Faim «zéro» des ODD est sans nul doute un gigantesque défi à relever d’ici à 2030. Les projections indiquent en effet que près de 600 millions de personnes souffriront encore de la faim à cette échéance. [Les] grands moteurs de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition sont la «nouvelle normalité». Nous n’avons pas d’autre choix que de redoubler d’efforts pour transformer les systèmes agroalimentaires et les utiliser comme levier pour atteindre les cibles de […] l’ODD 2», ont écrit dans l’avant-propos du rapport Cindy McCain, Directrice exécutive du PAM, Catherine Russel, Directrice générale de l’UNICEF, Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, Alvaro Lario, Président du FIDA, et Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

La situation en matière de sécurité alimentaire et de nutrition est restée préoccupante en 2022. Le rapport indique qu’environ 29,6% de la population mondiale, soit 2,4 milliards de personnes, ne bénéficiait pas d’un accès constant à des aliments, tel que mesuré par la prévalence de l’insécurité alimentaire modérée ou grave. Parmi ces personnes, quelque 900 millions étaient en situation d’insécurité alimentaire grave. Dans le même temps, la capacité de se procurer des aliments sains s’est réduite à l’échelle mondiale : plus de 3,1 milliards de personnes (soit 42% de la population mondiale) n’avaient pas les moyens de s’alimenter sainement en 2021. Cela représente une augmentation de 134 millions par rapport à 2019.

Par ailleurs, des millions d’enfants de moins de 5 ans continuent de souffrir de la malnutrition : en 2022, 148 millions (22,3%) présentaient un retard de croissance, 45 millions (6,8%) étaient émaciés et 37 millions (5,6%) étaient en surpoids. En revanche, l’allaitement maternel exclusif a progressé : actuellement, 48% des nourrissons de moins de 6 mois en bénéficient, ce qui est proche de la cible fixée pour 2025. Il n’en demeure pas moins que des efforts concertés seront nécessaires pour atteindre les cibles relatives à la malnutrition à l’horizon 2030.

L’insécurité alimentaire touche davantage les personnes qui vivent en milieu rural. L’insécurité alimentaire modérée ou grave concernait 33% des adultes en zone rurale et 26% en zone urbaine. La malnutrition chez les enfants présente également des particularités spatiales : la prévalence du retard de croissance est plus élevée dans les zones rurales (35,8%) que dans les zones urbaines (22,4%). La prévalence de l’émaciation est également plus forte en milieu rural (10,5%) qu’en milieu urbain (7,7%), tandis que l’excès pondéral est légèrement plus présent en ville (5,4%) que dans les campagnes (3,5%).

Afin de promouvoir efficacement la sécurité alimentaire et la nutrition, les auteurs du rapport recommandent que les interventions publiques, les mesures et les investissements soient guidés par une connaissance profonde des relations complexes et évolutives entre le continuum rural-urbain et les systèmes agroalimentaires.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité