Santé

Cancer du sein chez les jeunes femmes : un combat pour la vie à la fleur de l’âge

Par : Imane Brougi (MAP)

On pouvait entendre les battements de son cœur à l’extérieur de son corps, sa respiration était sifflante, son visage pâle et inquiet et sa main jouait nerveusement avec les bagues à ses doigts, les faisant glisser une à une avec des mouvements de va et vient.

Dans sa tête, elle imaginait le pire des scénarios, toute sa vie défilait devant ses yeux à une vitesse vertigineuse, elle pensait à son petit, à ses parents, à son mari… en se demandant : Est-ce l’épreuve finale ?

Dans une salle d’attente archicomble de femmes de tous les âges et de tous les horizons, son regard s’est fixé sur une jeune fille avec une tresse blond clair d’à peine 18 ans qui, malgré son jeune âge, affiche un courage impressionnant face à cette épreuve et garde le sourire, mais sur le visage de sa mère on pouvait tout lire. Il était blanc et altéré par la peur…

« Le cancer du sein touche-t-il aussi les jeunes filles ? Le dépistage n’est-il nécessaire qu’à partir de 40 ans ? C’est ce qu’ils nous ont fait comprendre », soupire Nadia qui vient de découvrir une boule assez volumineuse dans son sein droit.

Sous la douche, en appliquant sa crème par mouvements circulaires, elle détecte par hasard une masse suspecte. « C’était un moment tendu comme la corde d’un arc », confie-t-elle à la MAP. Ayant des antécédents familiaux avec le cancer, sa mère et sa tante ayant été touchées par cette maladie, Nadia n’a pas tardé à aller consulter le cancérologue de la famille.

« Je croyais qu’à mon âge je n’étais pas concernée par le cancer », dit-t-elle. Après avoir passé une mammographie, suivie d’une biopsie, le verdict est tombé. « C’était une journée bien ensoleillée, contrairement à la nouvelle qui était brutale et choquante. Malheureusement les résultats ne sont pas bons madame, ce n’est pas un kyste, mais un cancer du sein avec une tumeur de 10 cm, m’a annoncé le médecin d’un ton désolé », raconte Nadia, âgée seulement de 28 ans au moment de son diagnostic d’un cancer du sein.

« J’ai entendu cancer sans l’entendre, j’ai pensé automatiquement que j’allais mourir. Dans ma tête, cancer et mort sont intimement liés. J’ai eu la sensation de recevoir un coup de massue », se rappelle cette jeune courageuse qui a affronté la maladie avec toutes ses forces.

Détecter tôt pour mieux soigner

Durant les différentes phases du traitement, Nadia n’était pas la seule jeune patiente, l’on constate à présent que le cancer du sein touche des femmes de plus en plus jeunes. Si elle a survécu c’est grâce au diagnostic précoce.

« Il n’est plus rare de voir de jeunes patientes dans les services spécialisés en oncologie mammaire. J’ai vu des jeunes femmes mourir à la fleur de l’âge à cause d’un diagnostic tardif », déplore-t-elle.

« Je voudrais dire à toutes les femmes, surtout aux plus jeunes, que le cancer du sein ne touche pas que les femmes de plus de 50 ans. Au moindre doute, au moindre signe alarmant il faut consulter. Je reste convaincue que si je n’avais pas consulté le plus tôt possible je n’en serais pas là où j’en suis aujourd’hui et que mon cas aurait été plus critique », avise-t-elle.

En effet, aujourd’hui, il est possible de réduire considérablement la mortalité due au cancer en détectant et en traitant rapidement les cas, à travers le diagnostic précoce. Il faut savoir qu’un traitement est plus susceptible d’être efficace -avec des chances de survie accrues, une réduction de la morbidité et des coûts moins élevés- si le cancer est diagnostiqué rapidement.

En diagnostiquant les cancers à un stade précoce et en évitant des retards dans le traitement, on peut sensiblement améliorer la vie des patients. Le diagnostic précoce comporte trois éléments, la sensibilisation aux symptômes des différentes formes de cancer et à l’importance de consulter un médecin en cas d’inquiétude ; l’accès à une évaluation clinique et à des services de diagnostic ; et l’orientation vers des services de traitement en temps opportun.

L’objectif est de découvrir des indices d’un cancer ou pré-cancer particulier avant qu’une personne ne développe des symptômes. Lorsque le dépistage met en évidence des anomalies, des examens supplémentaires devraient être réalisés pour établir un diagnostic (positif ou négatif), et si besoin, le patient devrait être orienté vers les services compétents pour recevoir un traitement.

Un constat confirmé par l’oncologue Mounir Bachouchi qui appelle à réaliser le dépistage précoce qui se veut la recherche de cancers ou de lésions précancéreuses avant la survenue de tout symptôme.

Il est clair que toute maladie prise à son début offre plus de chance de guérison que si elle est évoluée. Le dépistage doit concerner toutes les femmes notamment les patientes à risque selon la pathologie concernée, a-t-il considéré.

Des signes à surveiller

Il est important que toute femme, de tout âge, remarquant une grosseur anormale au niveau du sein consulte un professionnel de la santé dans un délai d’un à deux mois, même si cette grosseur ne provoque aucune douleur. Le fait de consulter un professionnel de la santé dès les premiers signes d’un possible symptôme contribue à renforcer l’efficacité du traitement.

Dans la plupart du temps, le cancer du sein prend la forme d’une masse ou d’un épaississement non douloureux dans le sein. Il se manifeste également par un changement de taille, de forme ou d’apparence du sein, des fossettes, des rougeurs, une peau d’orange ou d’autres changements cutanés, une modification de l’apparence du mamelon ou de la peau qui l’entoure (aréole), et/ou un écoulement anormal du mamelon.

En effet, le cancer du sein peut prendre des formes très variées, ce qui explique l’importance d’examens médicaux complets. Une femme présentant des anomalies persistantes (durant plus d’un mois, en règle générale) devrait passer des examens, notamment radiologiques, voire faire un prélèvement de tissus (biopsie) pour déterminer si une grosseur est maligne (cancéreuse) ou bénigne.

À un stade avancé, le cancer peut perforer la peau et provoquer des lésions ouvertes (ulcères) qui ne sont pas nécessairement douloureuses. Le cancer du sein peut se propager à d’autres parties de l’organisme et provoquer d’autres symptômes. Le plus souvent, les ganglions lymphatiques situés sous le bras sont le premier site de propagation détectable.

Il arrive toutefois qu’on ne sente pas de ganglions lymphatiques porteurs de cancer. Au fil du temps, des cellules cancéreuses peuvent se propager dans d’autres organes comme les poumons, le foie, le cerveau et les os. Une fois ces sites atteints, de nouveaux symptômes liés au cancer peuvent apparaître, comme des douleurs osseuses ou des maux de tête.

Selon Dr Bachouchi, le principal facteur de risque est certainement la prédisposition génétique dans les familles à cancer. « Sinon beaucoup de facteurs ont été incriminés notamment l’alimentation et le mode de vie sédentaire, évoquant également la nulliparité », dit-il.

« La meilleure résolution est d’éviter les attitudes à risque comme l’alcool, le tabac, l’alimentation déséquilibrée et la sédentarité. Sinon prendre conscience que ça n’arrive pas qu’aux autres… et consulter régulièrement son médecin pour la prescription d’examen de dépistage », a-t-il conseillé.

Il a ainsi ajouté que l’absence d’antécédents familiaux connus ne signifie pas qu’une femme présente un risque moindre de développer un cancer du sein.

Comme Nadia, nombreuses sont les jeunes femmes à combattre le cancer. Au Maroc les cancers du sein et du col de l’utérus constituent un véritable problème de santé publique, ils sont les plus fréquents chez la femme. Ils sont souvent diagnostiqués à des stades très tardifs ce qui retarde leur prise en charge thérapeutique et rend difficile leur guérison.

Lorsqu’on évoque le cancer du sein, on pense souvent aux femmes au-dessus de 50 ans, or aujourd’hui nombre de tumeurs mammaires sont diagnostiquées chez les moins de 30 ans. Avec un simple geste, le diagnostic précoce, plusieurs vies peuvent être sauvées. Alors toutes pour un dépistage précoce des plus jeunes femmes !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité