Ici & Ailleurs

ONU : Vers une catastrophe humanitaire à Gaza

Alors que des milliers de familles continuent de fuir Rafah, se retrouvant avec peu de nourriture et d’eau potable, les opérations humanitaires à Gaza sont « proches de l’effondrement », a indiqué jeudi l’Agence alimentaire de l’ONU, relevant que l’enclave palestinienne a besoin de toute urgence d’un afflux d’aides pour faire face à cette situation.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) avertit que les offensives israéliennes dans le nord et le sud de la bande de Gaza, ainsi que la fermeture des points de passage frontaliers, « vont précipiter une catastrophe humanitaire et une aggravation de la faim », rapporte ONU-Info.

« Les opérations humanitaires à Gaza sont sur le point de s’effondrer, et si la nourriture et les autres fournitures ne reprennent pas en quantités massives, des conditions proches de la famine se répandront », a dit sur le réseau social X, Abeer Etefa, porte-parole du Bureau du PAM au Moyen-Orient, repris par le site de l’ONU.

Mercredi dernier déjà, l’agence onusienne basée à Rome a prévenu que « les opérations humanitaires à Gaza sont au bord de l’effondrement ». L’escalade de l’activité militaire dans le sud et dans certaines parties du nord, ainsi que divers problèmes aux points de passage de la frontière, vont précipiter « une catastrophe humanitaire et une nouvelle famine ».

« Si la nourriture et les fournitures humanitaires ne commencent pas à entrer massivement dans Gaza, le désespoir et la faim se répandront », a insisté le PAM.

Cette alerte intervient alors qu’une ne fois de plus, près de la moitié de la population de Rafah, soit plus de 800.000 personnes, est en mouvement, à la recherche de nourriture et d’un abri dans les zones centrales de la bande de Gaza et à Khan Younis, alerte la même source.

Or il n’y a actuellement aucune distribution de nourriture dans le sud de de Gaza, à l’exception de quelques stocks limités qui sont donnés aux cuisines communautaires pour des repas chauds, fait remarquer la même source, déplorant que « moins de 100 camions sont entrés dans le sud de la bande de Gaza depuis le 6 mai ». Il s’agit de la quantité la plus faible de produits humanitaires entrés à Gaza depuis décembre, « ce qui rend le risque de famine très réel », ajoute l’agence onusienne, citée par ONU-Info.

Le PAM a déclaré qu’il n’était pas en mesure d’accéder à son principal entrepôt à Rafah en raison des hostilités en cours, tandis que la fermeture des points de passage frontaliers dans le sud signifie que « pratiquement aucune nourriture, aucun carburant ou aide n’est acheminée ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité