Côte d’Ivoire: Le programme «Mon école à la maison», une affaire de tous

Odienné - Le programme « Mon école à la maison » ne saurait être la seule affaire des pouvoirs publics, a fait savoir le chargé d’études au ministère ivoirien de l’Education nationale, Inza Bamba, lors d’une mission à Odienné, une ville du nord-ouest du pays.

S’il était de leur responsabilité de trouver une solution compensatoire à la fermeture des classes du fait de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19, le souci de la mise en œuvre efficiente de cet outil devrait être partagé par tous et suscité des initiatives locales permettant de toucher partout la population d’élèves cibles, a soutenu M. Bamba, cité par l’Agence ivoirienne de Presse (AIP), relayée vendredi par le site de la FAAPA (Fédération atlantique des Agences de Presse africaines).

Ainsi, responsables locaux de l’éducation nationale, enseignants, parents d’élèves, cadres et élus locaux, tous ont un rôle à jouer, a insisté M. Bamba.

Concernant les parents, il a souhaité une meilleure implication aux côtés de leurs enfants en les encourageant notamment à suivre les différents programmes à la télé et à la radio ou en mettant les moyens à leur disposition pour suivre les cours via internet, avec la possibilité de téléchargement pour avoir ces enseignements à disposition.

Aussi, en les encadrant afin qu’ils tirent le meilleur profit de ces cours qui offrent des pistes de révision, Inza Bamba, a-t-il encouragé les comités de gestion des écoles (COGES) à être les ambassadeurs du programme auprès des parents d’élèves.

Dans les zones rurales où se pose un problème d’accès des élèves aux différentes plateformes de diffusion, l’idéal pour l’expert est d’offrir des outils de diffusion (panneaux solaires, postes téléviseurs et de radio éventuellement), dans le cadre global de l’élan de solidarité nationale qui se déploie depuis l’avènement du Covi-19 en Côte d’Ivoire. Les cadres et élus locaux pourraient intervenir à ce niveau, dans l’intérêt des élèves et de l’école, a déclaré le chargé d’études qui s’est globalement félicité, jeudi, de la bonne tenue du projet par les responsables locaux de l’école ainsi que du grand intérêt manifesté par les COGES conviés à une rencontre d’échanges dans les locaux de la direction régionale de l’Education nationale.

Publié par Mafrique.ma