Ici & Ailleurs

Dernière crise israélo-palestinienne: encore des tués, blessés et dégâts… côté Palestinien

Selon le décompte de l’ONU du 19 mai 2021 (1), les bombardements aériens et les tirs d’artillerie des Forces militaires israéliennes à Gaza ont coûté la vie à 208 Palestiniens, dont 60 enfants, et ont blessé des milliers d’autres. Les tirs de roquettes du Hamas ont tué 12 Israéliens. Au 22 mai, le bilan s’alourdi, côté Palestinien : au moins 254, dont 66 enfants, ont été tués. En Israël, 13 personnes, dont un enfant… (2).

Par Nour-Eddine NAZIH (Paris)

M. António Guterres, Secrétaire Général de l’ONU, s’était dit “profondément choqué” par les bombardements aériens et les tirs d’artillerie. “S’il y a un enfer sur terre, c’est la vie des enfants à Gaza”, a-t-il lancé, avant de déplorer “les frappes aériennes contre les médias et les locaux de l’ONU” [qui ont aussi] “endommagé plusieurs hôpitaux et détruits ou rendus inhabitables des centaines de bâtiments et d’habitations(1).

Et comme à chaque fois, et depuis toujours, même musique côté Israël. Ses dirigeants évoquent le “droit légitime de se défendre”, affirment que l’“armée effectue des frappes ‘précises’ et ‘chirurgicales’, des bâtiments qui abritent les terroristes du HAMAS” et osent même clamer que c’est “Israël qui est victime de ceux qui refusent à reconnaître son existence(1). Le fil, ou la ficelle, déjà bien gros (se), prend la forme d’une corde !

Lors de la séance du 20/05/2021 de l’Assemblée Générale des Nations Unies, M. Gilad Menashe Erdan, représentant d’Israël, énervé a dit : “Vous mettez un temps fou pour organiser une réunion du Conseil de sécurité sur la pandémie de COVID-19 mais il ne vous faut que 11 jours pour offrir une plateforme aux partisans du Hamas. […] C’est une honte ! Est-ce là votre sens des priorités ? ”. Et de terminer, cynique, par : “C’est le Hamas et pas Israël qui devrait être condamné pour les victimes palestiniennes”.

L’État d’Israël, 1ère puissance militaire dans la région, fort du soutien de plus des 2/3 de sa population aux opérations militaires, n’a jamais respecté une seule des nombreuses résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU (3). L’Etat d’Israël, considéré comme une “démocratie exemplaire”, a eu, et a toujours, le soutien des Etats Unis et de l’occident. Les dirigeants de ces pays ont déploré les victimes “des deux côtés” (sic), sans condamner (s’indigner ou souligner tout au moins) la démesure des raids aériens et des bombardements de l’armée Israélienne.

Beaucoup ont exprimé leur “attachement au droit d’Israël de se défendre”, jugeant “inacceptables” les tirs aveugles de roquettes par le Hamas, “Condamnant avec la plus grande fermeté les tirs du Hamas et d’autres groupes terroristes visant des zones habitées en Israël” et affirmant le “soutien indéfectible… à la sécurité d’Israël.” (4)

Voilà les atouts qui font qu’Israël continue, en toute impunité et au mépris du droit, à occuper des terres annexées, à poursuivre “l’acquisition de territoires par la guerre” et “la colonisation rampante”, grignotant le peu de terres reconnues internationalement comme appartenant aux Palestiniens (5), à multiplier les pratiques “qui violent les droits de l’homme du peuple palestinien dans les territoires occupés, en particulier le fait que l’armée israélienne ouvre le feu, tuant ou blessant des civils palestiniens”.

Et, depuis 2018, les Israéliens Arabes sont devenus des “citoyens de seconde zone”, Israël s’est définit comme le “foyer national du peuple juif”. Une inégalité entre citoyens ancrée dans la loi ! (6)

Les données du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), qui recense les victimes du conflit depuis 2008, montrent que le conflit a causé la mort de 5 675 Palestiniens entre 2008 et 2021, tandis que 115 000 ont été blessés. Du côté israélien, on recense 262 victimes sur la même période et 5 600 blessés. (7)

Si aujourd’hui l’horizon semble très sombre lorsque nous considérons la situation sur place, nous pouvons dire que la question de la Palestine sert de révélateur. Les grandes démocraties de la planète, présentes aux Nations unies pour défendre sa Charte et les valeurs des droits humains, n’ont pas appliqué cette charte pour tous, et notamment pour la Palestine…(8)


  1. Nations Unies – La réunion d’urgence de l’Assemblée générale du 20 mai 2021…
  2. US Secretary of State – At least 254 people were killed in Gaza and more than 1,900 wounded, Palestinian health…
  3. Le Monde Diplomatique, Février 2009, Au mépris du droit, 1947-2009 : une impunité qui perdure !
  4. Joe Biden, l’a exprimé au Premier Ministre Netanyahu, mais aussi les représentants de plusieurs pays Européens…
  5. Que l’ONU désigne toujours par « Occupied Palestinian Territory » (Territoires Palestiniens Occupés).
  6. Le Monde du 20/07/2018, La nouvelle Loi fondamentale, un tournant dans l’histoire israélienne.
  7. United Nations OCHA : The figures below represent the number of Palestinians and Israelis who were killed…
  8. Sandrine Mansour, L’ONU et les Palestiniens : de l’ambiguïté à l’impuissance in Cahiers d’histoire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page