Ici & Ailleurs

Crise Maroc-Espagne: le Parlement Panafricain appelle son homologue européen à éviter d’exacerber les tensions

Le Parlement européen ne doit pas s’impliquer dans la crise entre le Maroc et l’Espagne, car il s’agit d’une crise bilatérale qui peut être résolue par des moyens diplomatiques ou à l’aide d’une négociation directe, a affirmé Roger Nkodo Dang, président sortant du Parlement panafricain (PAP), basé à Johannesburg, en Afrique du Sud.

« Le Parlement Panafricain appelle son homologue européen à s’abstenir de toute prise de position susceptible d’exacerber les tensions et appelle les deux parties à résoudre la crise dans un cadre purement bilatéral », a-t-il souligné, jeudi 10 courant, dans un communiqué.

M. Nkodo Dang s’est félicité de la décision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour le retour de tous les mineurs marocains non accompagnés, entrés illégalement dans l’Union européenne. « Les faits prouvent que le Royaume du Maroc joue son rôle dans la lutte contre le terrorisme, l’immigration illégale et la traite des êtres humains, dans le respect des principes et des exigences du partenariat qui l’unit à l’Union européenne et à son environnement régional », a-t-il fait remarquer.

Le président sortant du PAP rappelle que le Maroc joue également un rôle important dans la gestion du dossier de la migration en Afrique, « ce qui a été félicité à maintes reprises par les Chefs d’Etat et de gouvernements africains, ayant désigné SM le Roi Mohammed VI Champion de la Migration en Afrique ».

De même, et dans le cadre de sa politique de partage d’expérience, particulièrement en matière de migration, le Royaume du Maroc a pris l’initiative d’abriter le premier centre africain dédié à l’étude et à l’examen de ce fléau, baptisé « l’Observatoire Africain des Migrations », a-t-il encore rappelé.

Le président sortant du PAP a rappelé aussi le strict respect des engagements pris par le Parlement européen et le Parlement Panafricain pendant le Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union africaine et de l’Union européenne, tenu à Abidjan en 2017. Les deux parties avaient, en effet, convenu, entre autres, du fait que « tous problèmes opposant deux Etats relèvent des relations bilatérales entre ceux-ci, et les deux Parlements ne peuvent intervenir qu’au cas où ceux-ci ont débattu de ce problème au préalable ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page